LA MARCHE DU PÈLERIN…

Publié: 25 avril 2021 dans Non classé

reprise d’un texte d’avril 2006

Sculpture Pèlerin Compostelle - Photo gratuite sur Pixabay

(Sculpture Pèlerin Compostelle)

LA MARCHE DU PÈLERIN…

Il y a si longtemps…

Qu’on ne l’a pas entendu…

Sans dire mot…

On le voit passer…

Il n’a plus d’âge…

Vieux depuis toujours…

Amaigri et courbé…

Mais si déterminé…

Son mythique bâton…

Comme compagnon…

Il poursuit son parcours…

Mais jamais il ne court…

On lui a parlé des guerres lointaines…

De bout du monde déchiré…

Guerre de religion…

Contrôle et appropriation…

Ce n’est pas par espoir…

De pouvoir faire changer les choses…

Mais il veut voir…

De ses yeux voir…

Au delà des océans…

Il s’ets rendu…

Pour reposer pied…

En ces terres ensanglantées…

Il a vu des peuples décimés et ravagés…

Des terres ensanglantées…

Des femmes violées…

Des enfants affâmés…

Cruels génocides…

Conquêtes déchirantes…

Contrôle militaire…

Embargo économique…

Soulèvement…

AttEntats suicides…

Rébellion et insurrection…

Course à l’armement…

Le pèlerin poursuit sa marche…

Il ne dit toujours pas mot…

Il n’a pas encore tout vu…

I verra des terres submergées…

Par le dernier tsunami emportées…

Des terres dévastées…

Par tornades et ouragans déchaînés…

Des peuples décimés…

Il a rencontrés…

Maladies et épidémies…

Se sont faites dévastatrices…

Le pèlerin a aussi rencontré…

Des économies et des philosophies…

Des idéaux confrontés…

Les uns dominants, les autres dominés…

Sur un océan…

Il s’est laissé porter…

Pour poser le pied…

Sur un autre continent…

Le pèlerin regarde…

Le pèlerin voit…

Il voit richesse…

Il voit et palpe l’oppulence…

Oppulence et suffisance…

Gaspillage et dilapidage…

Stupide inconscience…

Basse concupiscence…

Concurrence féroce et acharnée…

Lois du marché…

Mondialisation justifiée…

Appauvrissement généralisée…

Le pèlerin pousse sa marche…

Par ici plus de verdure…

Tout est pavé…

Tout est gris et terne…

Civilisation et béton…

Terres trop arrides…

Perte d’illusions…

Complète désillusion…

Le pèlerin ne s’arrête pas…

Il regarde et voit…

Il poursuit sa quête…

Pas à pas…

Pas à pas…

Il poursuit sa progression…

On dit qu’il a tout vu…

Lui il n’a encore rien dit…

Par ici on l’a revu…

Il est finalement revenu…

Après tant de chemin parcouru…

Après avoir tant vu…

Le pèlerin est intrigant…

Il n’a jamais beaucoup parlé…

Ce n’est pas à lui de dire aux gens…

Ce qui attend leurs enfants…

C’est d’ailleurs un enfant…

Qui se dresse devant…

Pour lui demander…

Ce qu’il a rencontré…

Le pèlerin s’ets arrêté…

L’enfant il a toisé…

Il s’est agenouillé…

Pour mieux l’écouter…

L’écouter lui demander…

Comment le monde allait…

L’enfant s’en souciait…

L’enfant s’en inquiétait…

Le pèlerin a souri…

La main il a tendue…

Pour la chevelure du gamin ébouriffer…

Le viel homme était rassuré…

L’enfant lui a demandé…

Si le monde poiuvait être sauvé…

L’enfant lui a demandé…

Pourquoi avec un bâton il devait marcher…

Le pèlerin a souri…

Devant le gamin médusé…

De se faire dire…

Que lui pourrait le sauver…

"Je pourrais vraiment sauver le monde?…"

"Tu n’as qu’à trouver un bâton…"

"Pourquoi un bâton?…"

"Pour garder son équilibre…"

Le pèlerin posa la main…

Sur la tête du gamin…

"Pour ton avenir assurer…

Le monde doit retrouver son équilibre…"

XX

Kleaude

Le Vieux Sage Et l'Enfant. Ivoire. Chine 1920-30. - sculptures os, dents

Le Vieux Sage Et l’Enfant. Ivoire. Chine 1920-30. – sculpture

commentaires
  1. Je retiens de ton histoire qui visite les dures réalités de l’humanité, l’importance de trouver son bâton de pèlerin…
    Je l’ai trouvé, mais parfois le terrain est difficile, escarpé et semé de pierres qui nous prennent par surprise…Alors, il faut s’appuyer très fort sur ce bâton…Le laisser nous guider…Faire confiance…
    J’aime aussi la finale… parfum d’espoir ; l’enfant qui peut sauver le monde…
    Comme adulte, accueillir l’enfant en nous qui nous offre sa main pour continuer la route.

    Bon dimanche Kleaude…
    En toute amitié
    Manouchka

    P.S. Un ami commun a récemment fait le Chemin de Compostelle…
    Ce serait intéressant d’avoir son commentaire….( sourire )

    • Kleaude dit :

      Bonjour Manouchka

      Nos routes sont parsemées d’embûches… Certaines plus périlleuses que d’autres…. Néanmoins, les chemins les plus escarpés donnent parfois accès aux plus belles vues panoramiques…

      Oui, gardons espoir… L’espoir de l’humanité relève de sa progéniture qui tour à tour réinvente le monde.

      Effectivement que notre ami Jacques en aurait long à dire sur la persévérance lui qui a fait cette fameuse route de Compostelle.

      Mes amitiés et bon week-end!

  2. Paquerite dit :

    Bonjour Kleaude,
    Magnifique poème pour un magnifique symbole.
    J’ai parcouru le chemin 3 fois. C’est un vrai voyage initiatique, c’est une démarche très particulière, et si demain tu me dis « on part », je prépare mon sac de suite;)
    Je dois faire des articles sur ce sujet, mais il faut que je trouve le temps.
    Savais-tu qu’autrefois les nobles payaient les pauvres pour faire le voyage à leur place?
    Si les marcheurs/voyageurs arrivaient à destination ils empochaient quelques deniers, et devaient déposer les prières qu’ils emportaient avec eux. Mais il fallait éviter tous les dangers, des animaux sauvages, des brigands, du mauvais temps… drôle d’époque.
    Ce bâton je le vois comme le symbole d’un canal, par lequel le divin passe, vient et nous traverse.
    Ce bâton c’est l’instant présent, la terre, l’ancrage, un tout relié au firmament…
    Merci pour tes paroles pleines de sens 😉
    Je t’embrasse fort
    Corinne

    • Kleaude dit :

      Bonjour Corrine

      Que voilà un fait intéressant. Non, je ne savais pas que des fortunés payaient de plus pauvres pour marcher à leur place et quelle épopée ce devait être alors avec tous les risques que tu décris.
      Trois fois! Wow! J’ai un ami qui a fait le parcours l’an dernier. Je suivais sons parcours via son blog. Comme tu le dis si bien, cela est sûrement un voyage initiatique. Se retrouver face <a soi-même et ses limites.

      Merci. Ton commentaire est enrichissant!

      Mes amitiés

      • Paquerite dit :

        C’est un plaisir, et pour avoir traversé certains chemins escarpés, des forêts épaisses et des paysages souvent très isolés, je n’aurais pas aimé croiser des brigands, ou un ours à la grande époque…
        Je vais essayer de me pencher sur le récit de deux grands moments. Il y aura le jour plus long 60km et le plus beau entre mellite et St Jacques de Compostelle, et le pire jour 50km entre Roncevaux et Pampelune 😉
        Il faut que je travaille sur le sujet mais je manque de temps…
        je t’embrasse Kleaude
        Amitiés
        Corinne

      • Kleaude dit :

        Ce sera sûrement fort intéressant à lire!

    • Merci pour ce commentaire….Je lirai avec attention vos prochains récits de ce voyage initiatique…Ceci dit sans mettre de pression…
      J’aime ce passage ( entre autres ) :
       » Ce bâton je le vois comme le symbole d’un canal, par lequel le divin passe, vient et nous traverse. Ce bâton c’est l’instant présent, la terre, l’ancrage, un tout relié au firmament… »

      Bonne soirée
      Amitiés

      • Paquerite dit :

        Chère Madeleine,
        Je vous remercie pour votre commentaire qui me touche beaucoup.
        Je laisse mes souvenirs et mes impressions de St Jacques décanter encore un peu. Pour mon bonheur, le poème de Kleaude m’a ramené dans les profondeurs de cette expérience inoubliable…
        Belle journée.

        Amitiés
        Corinne

  3. Bonjour Kleaude,
    Un pèlerin qui traverse le monde avec ses joies et ses peines. Comme à votre habitude vous avez su nous relater parfaitement la vie.
    J’ai lu un livre sur le parcours de Compostel, c’est à lire car je pense qu’il est une richesse. Mais il est aussi un chemin de réflexion et de souffrance et de rencontre.
    Merci pour ce partage méditatif Kleaude.
    Belle journée !
    🙂

    • Kleaude dit :

      Bonjour Fanfan
      Sûrement intéressant ce livre. Tous ceux que je connais qui ont fait le chemin de Compostel m’en parle comme d’un parcours initiatique… Comme vous le soulignez il procure un temps de réflexion, d’introspection. Puis c’est tout un accomplissement en soi. Se dépasser…outrepasser les douleurs du corps pour le bien de l’esprit. Cela doit être en somme une expérience extraordinaire et si enrichissante !

      Mes amitiés
      Bonne semaine

  4. Le chemin…
    C’est déjà si loin et, en même temps, si présent.
    Au départ de la région lyonnaise; il ne faut que peu de temps pour « prendre » l’esprit du chemin :

    « Les forêts du Forez »

    Un silence assourdissant,
    Juste le chuchotement d’un ruisseau,
    Le clapotis d’une chute d’eau,
    Le bruissement d’ailes d’un rapace,
    Le bourdonnement des insectes,
    Le vent dans les feuillages,
    C’est magique, presque irréel,
    On se sent en dehors de tout et, en même temps, totalement là.
    Et, au loin, le ronronnement des activités humaines…
    Observer, sentir, toucher, écouter sont les seules choses à faire….
    C’est époustouflant de bonheur !
    Mais, qu’est-ce que je fais là tout seul ?
    Un sentiment de culpabilité m’effleure…
    Une partie de « moi » n’est pas là,
    Mais je suis ici en totale communion avec tout ce qui m’entoure…
    Je vois la « Vie » en pleine action,
    Ça fourmille de partout…
    Que l’on se sent petit devant cette beauté !

    Accueil, bienveillance, écoute….. sont les maîtres mots du chemin.
    Le jugement n’existe pas. Tout est simple, magnifiquement simple.
    Les sens sont en alerte pour accueillir tout ce qui advient…

    Outrepasser les douleurs du corps, mais surtout, l’écouter et le respecter.
    Ce n’est plus le cerveau qui commande.
    Faire preuve d’humilité et prendre soin de chaque petit « bobo »…
    Le Chemin est une école d’humilité ! Un école de Vie !

    Amitiés
    Jacques

    • Kleaude dit :

      Wow! Tellement merci Jacques de nous livrer ainsi l’essence même de ce parcours et surtout la perception du marcheur….de l’être qui se dépasse…. de celui qui se découvre…. celui qui repousse ses limites et les admets en toute humilité.

      Merci de ton partage Jacques.

      Mes amitiés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s