LE BEAU TEMPS M’EST TRISTE…

Publié: 13 octobre 2019 dans Non classé


 

(initialement publié novembre 2015)

LE BEAU TEMPS M’EST TRISTE…

-Il fait si beau…

Trop beau…

L’automne perdure…

Au-delà des espérances…

-J’y reste néanmoins…

Plutôt indifférent…

Je suis pourtant là…

À humer l’air du temps…

-Je suis pourtant là…

À observer le beau qui m’entoure…

À écouter le serein piaulement…

De la faune ailée…

-Une brise si légère…

Comme en respect…

De la nostalgie qui m’habite…

De celle dont je me drape…

-Cette nostalgie…

Qui est mienne…

Depuis lors…

Depuis que tu n’es plus…

-Depuis lors reclus…

Je me dois de vivre…

Ne plus qu’être épave…

À la dérive…

-Ta mémoire…

Je veux respecter…

Pour qu’encore m’habite…

Mes souvenirs…

-Par ce beau temps…

Ça grouille de monde…

Tous si beaux…

Comme les arbres colorés…

-Je souris à la pensée…

Qu’une fois encore…

Tu me traiterais…

De voyeur rêveur…

-J’aime observer…

Tous ces gens…

Qui vaquent à leur quotidien…

Malgré tout…

-Malgré les tracasseries de chacun…

Malgré leurs préoccupations…

Malgré leurs obligations…

Malgré leurs restrictions…

-Je regarde ces gens…

Mon peuple…

À qui on a anesthésié l’âme…

Pour les empêcher d’être trop malheureux…

-Pour encore un tant soit peu…

Se trouver heureux…

Même si…

De plus en plus amorphe…

-À un projet de société…

On ne croit guère plus…

D’instinct on n’a plus…

Domestiqué on a été…

-On n’osera même plus…

Dire colonisés…

On ne veut surtout pas…

Ne rien réveiller…

-Pourtant…

Ces gens que je vois si beaux…

Apprécieraient tant…

À vivre pleinement…

-Même si…

De droite ils n’ont plus…

L’ambition rabrouée…

Et désœuvrée devant l’austérité…

-Le portrait dressé…

Est déprimant; c’est la grisaille…

Aussi bien se contenter…

De son petit quotidien…

-Ils ne rêvent même plus…

De réinventer le monde…

Ce monde qu’ils auraient voulu si beau…

Et qui nous animait…

-Pourtant je vois encore…

Tous ces gens si beaux…

C’est peut-être qu’on vieillit…

Et qu’on est fatigué…

-Pourtant…

Malgré l’incapacité…

Le rêve…

Ne devrait jamais mourir…

-Et si au moins…

On se contentait…

D’agoniser en fichant la paix…

À ceux qui veulent encore vivre…

-Si au moins…

On mettait nos espoirs…

Dans ceux…

Qu’on a mis au monde…

-Ce monde…

Qu’on leur a pourri…

Et qu’on voudrait en plus…

Les empêcher de vouloir changer…

-Alors que…

Trop lâche pour le faire…

Tu t’embourbes dans tout…

Ce qu’on t’a fait gober…

-Tu deviens toi-même…

L’instrument de ton bourreau…

Esclave en syndrome de Stockholm…

Animal domestiqué…

-Face aux revendications…

De tes propres enfants…

Tu critiqueras…

Et tu blâmeras…

-Face à leur courage…

Face à leurs revendications…

Tu tourneras le dos…

Tel un lâche larbin…

-En plus de renier…

L’espoir de tes propres enfants…

Tu la briseras…

Tu les jugeras…

-Tu en viendras même…

À applaudir…

Quand la milice répressive…

Les opprimeras en pleine rue…

-Tu apprécieras ces sbires…

Payés à même tes économies volées…

Par austérité justifiée…

Depuis quand es-tu si naïf…

-Depuis quand…

N’espères-tu pas le mieux pour les tiens…

Si tu as abdiqué…

Laisse-leur au moins leurs espoirs…

-Ils se blesseront peut-être…

Mais au moins…

Ce ne sera pas…

Par ses propres enfants…

-De toutes façons…

Les jeunes d’aujourd’hui et de demain…

Pourront-ils vraiment…

Faire pire que nous…

-Je t’en prie…

Par une si belle journée…

Regarde ce qui t’entoure…

Et savoure-le…

-Tout cela…

Ne vaut-il pas…

D’y croire…

Et de rêver encore…

-Et tu sais…

Même si je te fustige…

Même si je suis amer…

Devant tant d’inertie…

-J’aimerais tant…

Qu’on se regroupe encore…

Autour d’un feu de joie…

Pour rire et entonner nos hymnes…

-Nos champs d’espoir…

Pour partager notre joie de vivre…

Notre fierté d’être…

Et notre détermination à survivre…

-Et moi…

Malgré la morosité qui m’habite…

Malgré mon vague à l’âme…

Je vais encore te rêver…

-Car tes rêves d’hier…

Seront mes fantasmes de demain…

Et là je m’en vais…

Au bord de l’eau…

-Au bord de l’eau…

Où toi et moi…

Auront tant rêvé…

Tant parlé de tout et de rien…

-En ces lieux…

Où tes profondes convictions…

Tu me partageais…

Voulant toujours devenir un être meilleur…

-Et je te promets…

Que nos rêves…

Toujours je perpétrai…

Je m’y engage…

-Il fait beau…

Si beau…

Cet automne persistant…

Est un message d’espoir en soi…

-Et un jour…

J’espère tant…

Que c’est dans la terre de ton pays…

Que tes cendres reposeront…

-Je sais…

Qu’un jour…

Nos enfants vaincront…

Il le faut…

Xxx

Kleaude

Publicités

PLUIE DU COEUR…

Publié: 6 octobre 2019 dans Non classé

PLUIE DU COEUR…

Aujourd’hui…

Il pleut à averses…

L’averse est glaciale…

Elle te transperce…

Ton cœur est délavé…

Ta moelle et tes os…

Sont transis de froideur…

La froideur du coeur…

Ta vie est plongée…

Dans une saison impitoyable…

La pluie diluvienne…

Ne parvient pas à laver tes peines…

La vie te met à rude épreuve…

Elle t’écorche…

Te déchire…

Te pourfend…

Toi et moi…

On sait que c’est une mauvaise passe…

Passage à vide…

Sècheresse du cœur…

Sècheresse du cœur…

Alors qu’il crache des larmes…

Des larmes de sang…

Sang froid…

Comme l’animal sauvage…

Ton instinct te dicte…

De t’isoler dans tes retranchements…

Mais tu ne retrouves plus ta tanière…

Laisse-moi t’approcher…

J’aimerais avoir le pouvoir de te guérir…

Je ne peux qu’essayer de t’aider…

À panser tes plaies…

Viens dans mes bras…

Viens t’y abriter…

Je te bercerai…

À l’abri de la pluie…

La pluie est toujours aussi froide…

Mais laisse-toi t’imprégner de ma chaleur…

Les nuages vont s’assécher…

La tiédeur regagner ton cœur…

Aujourd’hui…

Il pleut des larmes…

Laisse les laver…

Ton cœur meurtri…

XXX

Kleaude

(Initialement publié le 29 aout 2006)

TAPI À T’OBSERVER…

Publié: 29 septembre 2019 dans Non classé

Résultats de recherche d'images pour « chat tapi dans l'ombre »

TAPI À T’OBERSERVER…

-Je reste là…

Immobile…

Comme je sais le faire…

De si longs moments…

-Je reste là…

Immobile…

Imbibé de ma prestance…

Maitre des lieux…

-Je reste là…

Immobile…

Après avoir erré…

Une partie de la nuit…

-J’aime ces moments…

Où mon rythme s’abaisse…

Alors que je sombre…

Dans un état second…

Résultats de recherche d'images pour « chat couché en boule »

-Ces moments…

Où j’imprègne les lieux…

De mon aura…

Je règne sur eux…

-Je reste là…

Immobile…

À t’observer…

À te fixer…

-J’aime t’observer…

J’aime ta présence…

Je me donne constance…

En veillant sur toi…

Résultats de recherche d'images pour « chat qui observe »

-Je t’observe…

Je te fixe…

Je te regarde…

Je te ressens…

-Je reste là…

Immobile…

Comme si c’était…

Mon tour de garde…

-Je reste là…

Immobile…

Je respire à peine…

Plongé dans ma latence…

-Je reste là…

Tapi en retrait…

Mais avec toi…

En profonde communication…

Résultats de recherche d'images pour « chat qui observe »

-Je reste là…

Je respire à peine…

Plutôt concentré…

Sur ta propre respiration…

-Tu dors maintenant…

D’un sommeil calme et profond…

Tu t’es apaisée…

Après tes cycles plus agités…

-Rare que tu bénéficies…

De longues nuits paisibles…

Trop d’humain…

Souffrent d’insomnie…

-Je ne juge pas ta vie…

Sans comprendre ton quotidien…

Et sa frénésie…

Avec laquelle tu assumes ta vie…

Résultats de recherche d'images pour « chat au repos »

-J’aime…

Nos moments de quiétude…

Alors que nous ne sommes…

Que toi et moi…

-J’aime ta présence…

Elle me réconforte…

Tu es ma source…

Tu subviens à mes besoins…

-Je m’applique aussi…

À te réconforter…

À te clamer…

Pour t’amener à relaxer…

-Pour l’instant encore…

Je reste là…

Immobile…

Tapi à t’observer…

Résultats de recherche d'images pour « chat au repos »

-Je te fixe…

Bercée de ton profond sommeil…

Je patiente encore…

Pour un instant du moins…

-Encore immobile…

Je sais bien…

Que le moment approche…

Que je ne résisterai plus longtemps…

-Au moindre signe…

Dès que ta respiration…

Fluctuera un tant soit peu…

Je m’approcherai…

-Je souris intérieurement…

À savoir que parfois…

Ma proximité soudaine…

T’effraie sur le coup…

Résultats de recherche d'images pour « chat collé à mon visage »

-J’aime te surprendre…

Dès que tes yeux tu ouvres…

Alors que nez à nez…

Nous sommes…

-Je m’amuse parfois…

À te voir sourciller…

Alors que de mes moustaches…

Je chatouille ton nez…

-Je souris aussi…

Sachant que je ne suis pas…

Toujours aussi subtil…

Préférant bondir sur toi…

-Autant que pendant de longs moments…

Je m’alanguis à tes côtés…

J’aime la chaleur de ton corps…

La nuit durant…

-Sur le matin…

J’ai plutôt la fâcheuse manie…

D’aller te piétiner…

Créant une réaction à chaque fois…

-J’aime quand tu t’éveilles…

Quand comme presqu’un félin…

Tu t’étires…

J’aime ton réveil…

-Je sais dès lors…

Que la maison s’animera…

Que l’odeur du café se répandra…

Puis que ma gamelle se remplira…

-Tu seras encore trop endormie…

Alors que sur toi…

J’irai me câliner.

Puis m’emmêler dans tes jambes…

-Je ronronne…

Au plaisir de partager ta routine…

De tricoter nos vies…

Tant d’affection j’ai pour toi…

-Ensemble dans nos mondes parallèles…

Nous vieillissons…

L’un auprès de l’autre…

Paisibles complices…

Ton chat…

Xxx

Kleaude

Résultats de recherche d'images pour « chat complice »

L’AUTRE VERSANT…

Publié: 22 septembre 2019 dans Non classé

Résultats de recherche d'images pour « montée en montagne »

L’AUTRE VERSANT…

-La pente ascendante…

A parfois été abrupte…

Tant de changements…

En cours de parcours…

-Pas que la plupart…

Aient été si laborieux…

Car de nombreuses côtes…

Tu as gravi en courant…

-Avec énergie…

Tu apprivoisais…

La vie qui s’offrait à toi…

Et que tu forgeais…

-Déjà tu te définissais…

En devenant toi…

Sur les traces…

De ceux qui t’ont précédé…

-Tu deviens toi…

Avec des relents d’eux…

Tu te fortifiais…

En t’émancipant…

-Ils t’ont donné vie…

Tu la faisais tienne…

Pour toi-même…

D’ores et déjà paver la voie…

Résultats de recherche d'images pour « sentier en montagne »

-Déjà à débroussailler…

Le chemin à suivre…

À ceux que tu enfanteras…

Et chérira toute une vie…

-Alors que ceux d’hier…

T’ont laissé prendre le large…

Sans jamais te perdre de vue…

Ni lâcher tout leur leste…

-À chaque battement d’aile…

Tu prenais un peu de distance…

Même si tu virevoltes…

Toujours dans le ciel…

-Mais un monde…

Tu créais toi-même…

Même si tous ces mondes…

N’en sont pas moins intrinsèques…

-Car de nouveaux mondes…

Tu seras toi-même la genèse…

Et à ceux qui te suivront…

Tu consacreras ton existence…

-Tu consacreras la tienne…

À ensemencer celles de tes enfants…

Jusqu’à leur tour…

Ils volent de leurs propres ailes…

-Leur autonomie…

Ils auront su gagner…

Pour lorgner à leur tour…

Leurs propres horizons…

Résultats de recherche d'images pour « voir ses horizons »

-Parfois de vue tu les perdras…

Alors qu’ils battront si fort des ailes…

Pour surfer par grands vents…

Vers leur propre destinée…

-Ce n’est pourtant pas un détachement…

Juste un autre changement de parcours…

Qui bien souvent marque…

Le moment de regarder derrière…

-De jeter un nouveau regard…

Sur ceux qui précédemment…

Nous ont laissé prendre notre envol…

Au-dessus de nos mondes intrinsèques…

-D’indissociables pans d’existence…

Qui font que chacun enrichisse la sienne…

En sachant la chérir…

Et la gravir…

-C’est parfois alors…

Que du haut de ta colline…

Tu perçoives les précédents…

En bas de pente…

-La montée leur sera désormais plus lente…

Mais vers eux tu redescendras…

Pour leur tendre la main…

Pour les aider à se hisser…

-Juste retour des choses…

Avec empathie…

Tu sauras les accompagner…

Dans leur pèlerinage…

-Ils en sont là…

Il faut toute une vie…

Pour en arriver là…

Une vie au long parcours…

-Sur ce bout de chemin…

Où tu prends conscience…

Que la semelle de tes godasses…

Est trouée…

Résultats de recherche d'images pour « semelles trouées »

-La progression devient plus laborieuse…

Quand chaque caillou…

Devient souffrance…

Alors que tu n’avances plus qu’à petits pas…

-Mais toi…

Tu les accompagnes…

Pour alléger leurs pas…

Et les amener vers toi…

-Tu feras tienne…

La montée de leur pente…

Déjà beaucoup plus abrupte…

En fin de parcours pour eux…

-Puis vient un temps…

Où sur l’autre versant…

Il n’en reste guère derrière…

Alors que ceux devant trottinent avec allégresse…

-De ce versant…

La descente est déjà amorcée…

Mais en chemin tu auras su…

Glaner sérénité et un tant soit peu de sagesse…

-C’est le lot de l’expérience…

Dira-t-on…

Bien que ce constat…

On ne l’a pas vu venir…

-Cela s’impose…

Insidieusement…

Comme le temps…

Qui s’égrène…

-On réalise alors…

Qu’il y a fort longtemps…

Qu’on n’a pas couru…

Ni même trottiné…

-Tu réalises qu’à ton tour…

Ta progression se fait plus pénible…

Tu ralentis au point…

Que de ne faire que du sur place…

-Cette place…

Qui n’est plus…

Tout à fait…

La tienne…

-Mais lève les yeux…

Savoure le bonheur…

D’apercevoir les suivants…

Redescendent vers toi…

-Regarde…

À leur tour…

Ils se pencheront…

Pour te tendre la main…

Xxx

Kleaude

Résultats de recherche d'images pour « tendre la main pour aider »

TA DÉTRESSE…

Publié: 14 septembre 2019 dans Non classé

Résultats de recherche d'images pour « ta détresse »

(crédit image: Quel mur pour ta détresse?-Blanc-seing)

TA DÉTRESSE…

-Qu’a donc été ta détresse…

Cette détresse…

Laissée derrière toi…

Comme un héritage latent…

-J’espère tellement…

Et j’ose croire…

Que de tout ça…

Tu n’avais guère conscience…

-Je sais néanmoins…

Que tu n’étais pas…

Totalement indifférente…

À ce trouble latent…

-De ton parcours de vie…

Chaque parcelle…

Tu as voulu conserver…

Entassées pèle-mêle…

-Peur du manque…

Séquelle de misère…

Trouble compulsif…

Détresse de l’âme…

-Pourtant…

Tu as su être avant-gardiste…

Fonceuse…

Et si déterminée…

-Appréciée et aimée…

Tu as vécu…

Plus pour les autres…

Que pour toi…

-De tant d’enfants…

Tu as été la mère…

Sauf du tien…

Laissé à errer…

-Peut-être…

As-tu voulu…

Lui épargner…

Ton propre mal…

-Le protéger de toi…

Ou te protéger du rôle…

Que tu avais à jouer…

Mais que tu redoutais…

-Mais tu ne pouvais savoir…

À quel point…

C’est parfois effarant…

D’errer seul…

-L’arbre a ses racines…

L’animal a son instinct…

Moi je n’ai eu…

Que celui de survie…

-À cet âge-là…

On ne saurait apprendre…

Mais ce qu’on en ressent…

N’est pas moins intense…

-Heureux j’ai su l’être…

Je sais qu’à ta façon…

Tu as su y contribuer…

Pendant toutes ces années…

-On peut se faire une vie…

De compromis bien intentionnés…

Mais l’enfant ne comprend pas…

Il ressent ses maux intérieurs…

-De ma famille en marge…

Le cynisme de la vie…

Fait que j’apprends à les connaitre…

Alors qu’ils tombent un à un…

-Il sera toujours étrange…

De partager la peine…

De proches avec qui…

On n’a rien partagé…

-On ne les aime pas moins…

Même que la réciproque est entière…

Je reste néanmoins…

Celui dont on ne sait rien…

-Il en était ainsi…

Je n’ai jamais cherché à comprendre…

Je suis ainsi…

Je vis sans tergiverser…

-Pourtant…

Qu’on les demande ou pas…

La vie tient à donner…

Un certain nombre de réponses…

-À quoi bon…

Je ne saurais dire…

À ce stade-ci…

Elles ne sont ni bonnes ni mauvaises…

-Elles ne peuvent plus…

Que servir de constat…

Celui auquel on est…

Inévitablement confronté…

-Tout comme…

La vieillesse qui t’a rattrapée…

Celle qui te morcèle…

Pour de moins en moins être toi…

-Tu en oublies tout…

Même que tu avais un fils…

Alors que celui-ci…

Te lave et t’habille…

-Prendre soin…

De l’être humain…

Parce que de la mère…

Je ne saurais…

-Pas d’amertume ici…

Au moment d’assumer…

La vie s’empare de ta mémoire…

Mieux vaut ainsi…

-Oublie…

Ce que l’on a pourtant toujours su…

Permet à l’âme…

De se bercer d’une douce sollicitude…

-Le repos du guerrier…

On mérite d’y avoir droit…

Surtout quand je vois…

La détresse laissée derrière toi…

-Je me demande juste…

Comment as-tu pu…

Arriver à savoir être heureuse…

Malgré toute la détresse qui t’habitait…

-Je sais pourtant…

Qu’au bonheur…

Tu as su gouter…

Même si je n’en étais pas…

-Je sais aussi…

Que pourtant…

Tu m’as tant aimé…

Je l’ai ressenti…

-Mais tu sais maman…

À trop vouloir bien faire…

On ne sait plus faire…

On ne sait plus vivre…

-Pourtant ta vie…

Tu as su tisser…

Malgré ce latent mal-être…

Malgré tout le reste…

-Je n’y suis pas insensible…

Ta détresse vécue…

Je la palpe que trop bien…

À la veille de ton départ…

-Ta main je tiendrai…

Par amitié et par amour…

Pas parce que je te le dois…

Cela en est d’autant plus sincère…

-La sérénité…

Je te souhaite donc…

La femme que tu es…

La mérite tant…

-J’ai aussi droit à la mienne…

Alors je ne saurai…

T’offrir ce que je ne suis pas…

Ni pour toi ni pour personne…

Xxx

Kleaude

Résultats de recherche d'images pour « ta détresse »

UN DE CES MATINS…(2)…

Publié: 7 septembre 2019 dans Non classé

Résultats de recherche d'images pour « homme à la fenêtre d'une maison la nuit »

UN DE CES MATINS…(2)

-J’ai pourtant bien entendu…

Ce coup de tonnerre…

Qui n’en était pas un…

Beaucoup trop percutant…

-J’ai vu l’éclair…

Qui a traversé le salon…

Des voisins d’en face…

Des gens sans histoire, disait-on…

-Vrai que ce n’était…

Parfois que tard le soir…

Qu’on pouvait percevoir…

Des mailles tirées dans leur quotidien…

-Mais comme tous…

Ont tendance à faire la sourde oreille…

On préfère…

Ne pas voir…

-Car savoir…

Titiller la conscience…

Qu’on préfère alanguir…

Alors moins dérangeante…

-On sait pourtant bien…

Que des gens sans histoire…

Il n’y en a pas…

Qu’elles soient bonnes ou mauvaises…

-Même les grands fleuves tranquilles…

Ont leurs affluents plus animés…

Tel le torrent…

Des rapides bouillonnants….

-C’est d’ailleurs…

Dans ces quartiers dits paisibles…

Que j’ai fait mon nid…

En toute quiétude…

-J’ai ma propre histoire…

En soit ou en devenir…

Comme tout le monde…

Même en état de latence…

-Car la vie elle…

Ne s’arrête jamais…

Tel le cours d’eau…

Elle suit son cours…

-Même si parfois…

Elle prendra une tangente…

Pour atteindre le point de rupture…

Ce point de non-retour…

-Cette nuit…

J’ai bien entendu…

Ce coup de tonnerre…

Qui n’en était pas un…

-Trop fort…

Trop soudain…

Trop percutant…

D’un éclair trop vif…

-Puis je l’ai vu elle…

Ma voisine d’en face…

Se précipiter sous la pluie…

Pour fuir sa vie…

-Cette vie…

À laquelle…

Elle mit fin abruptement…

N’en pouvant plus de subir…

-Pour sa vie…

Craignant de la perdre…

Depuis trop longtemps…

Menacée à chaque nouvelle fois…

-J’ai aussitôt compris que lui…

Gisaient à terre dans leur salon…

Alors que sa vie s’écoulait…

Par sa plaie béante…

-Je n’ai pas eu le réflexe…

De réagir autrement…

Que de ressentir…

Sa délivrance à elle…

-Je devine son trouble panique du moment…

Mais je m’imprègne…

De sa sérénité qu’instaure la délivrance…

Même à ce prix…

-Coup de tête…

Ou trop longtemps ruminé…

Il y a des gestes…

Qui ne pardonnent plus…

-De ce pardon…

Trop souvent accordé en vain…

En espérant ne pas mettre fin…

À une histoire qui n’aurait pas dû être la nôtre…

-Je suis encore là…

Tapi dans l’ombre qui se dissipe…

Comme la rosée qui s’évapore…

Avec le lever de soleil…

-J’attends…

Que ce matin tranquille…

Soit troublé…

Par un réveil brutal…

-Je vois déjà…

Les gyrophares arriver…

En vociférant…

Leurs couleurs trop vives…

-Témoins…

Que la réalité…

Nous rattrape toujours…

Les histoires ne cessent de le raconter…

-Ah…

Il y a un de ces matins…

Qui en fut un de trop….

Après tellement trop d’autres….

-FIN-

Xxx

Kleaude

Résultats de recherche d'images pour « gyrophares dans la nuit »

UN DE CES MATINS…(1)

Publié: 1 septembre 2019 dans Non classé

Résultats de recherche d'images pour « homme à la fenêtre d'une maison la nuit »

UN DE CES MATINS…(1)

-Il y a de ces matins…

Qui en suivent tellement d’autres…

Ainsi s’égrène…

Une vie qui file pourtant…

-Petit matin calme…

Où repose une latente rosée…

Qui s’est doucement posée…

Comme l’accalmie arrivée…

-Le temps passe…

Et change…

Les températures changent…

Du jour au lendemain…

-Comme ce matin…

Alors qu’hier soir…

Je veillais en attente…

D’une autre nuit d’insomnie…

-Sans en être troublé…

Je m’en repais d’aise…

Car j’aime ces moments…

Où le monde m’appartient…

-Comme un chat aux aguets…

Les heures nocturnes…

M’en sont de contemplation…

Du monde ambiant…

-Assis près de la fenêtre…

J’observe les alentours…

Amorphes et assoupis…

Alors que la nuit a jeté son emprise…

-Cette nuit…

Qu’hier a fait rage…

Dans une autre tardive…

Tempête d’été…

-Orage déchainé…

Qui vient dilapider…

Le trop plein…

D’un ciel gorgé à outrance…

-Comme si…

Les nuages noirs…

Crachaient violemment…

Tant de trombes d’eau…

-Comme si…

Ils aspiraient…

À gonfler les cours d’eau…

Pour les animer d’une rage insufflée…

-Longuement…

J’ai regardé l’orage…

Curieux de voir l’eau à la base fluide…

Rebondir sur le pavé…

-Comme à chaque nuit d’insomnie…

Il me vient tant…

D’incongruités en pensée…

Je n’ai parfois de cesse de cogiter…

-Comme ce constat d’hier…

Il n’y a que la force de la nature…

Pour faire rebondir l’eau…

Alors qu’en principe, elle ne peut que s’écouler…

-Alors que l’eau…

N’est souvent que latence…

Elle peut parfois surprendre…

Par tant de vélocité…

-Celle qu’elle emprunte…

En toute complicité…

À ce vent déchainé…

Qui se fait bourrasque…

-Hier…

Alors que l’orage…

Faisait rage…

Je sentais la tension ambiante…

-Comme si le temps culminait…

Pour érupter…

Tel le volcan déchainé…

Qui crache la rage de ses entrailles…

-Comme si…

Il fallait parfois…

Brusquer les choses…

Pour les provoquer…

-Un peu comme ces gens…

Que l’on croit sans histoire…

Mais qui écrivent la leur…

Sur un coup de rage…

-Tapis dans l’ombre…

J’observe ce monde sans histoire…

Bien que j’erre souvent…

À lui en inventer…

-Pourtant celles qui émergent…

Sont rarement celles imaginées….

Tant ces histoires soudaines…

Nous surprendrons…

-Bien que certains…

Diront alors…

Qu’ils les auraient vu venir…

Et que cela devait arriver…

-Qui sait…

Ou ne sait pas…

Malgré les indices parsemés…

Comme des cailloux blancs…

-Cette nuit…

Malgré l’orage déferlant…

Me parait calme…

Et sereine….

-J’ai pourtant bien entendu…

Ce coup de tonnerre…

Qui n’en était pas un….

Beaucoup trop percutant…

-à suivre-

Xxx

Kleaude

Image associée